Londres : Billingsgate House and Baths



Accueil
Liste complète des sites
Recherche par carte
Recherche par pays, période et/ou type
 



Adresse :  101 Lower Thames Street, Londres, , Royaume-Uni
Téléphone : 
Télecopie : 
Site web
Personne(s) de contact


Imprimer cette page
 
 

 

Les vestiges des thermes romains de Billingsgate, Londres
© non communiqué

 
Visualiser les photos

 

Description

Les fouilles réalisées dans deux ailes d'une maison romaine ont permis de mettre au jour un bâtiment initialement construit à la fin du IIe siècle et adjacent au quai romain situé sur la rive nord de la Tamise. Une petite construction séparée comportant des thermes fut ajoutée au cours du IIIe siècle. Ces différents édifices continuèrent à être utilisés jusqu'au début du Ve siècle, époque à laquelle une grande partie de la ville romaine avait été désertée par ses habitants. Ils représentent les derniers exemples et témoignages de la fin de l'époque romaine à Londres. Ce site présente une longue histoire en termes de découvertes. Une partie des bains fut originellement découverte préalablement à la construction du "Coal Exchange" en 1848 et les vestiges furent préservés dans le sous-sol de ce dernier. Le site voisin fut aménagé en 1859 ; en outre, d'autres éléments des thermes et d'une construction annexe furent découverts et une fois de plus préservés dans le sous-sol du nouveau bâtiment.

Ces vestiges figurent parmi les premiers à avoir été classés en Angleterre étant donné qu'ils sont repris dans le premier "Ancient Monuments Act" de 1882. De 1967 à 1970, le "Coal Exchange" et les bâtiments voisins furent démolis à l'occasion de l'élargissement de la Lower Thames Street ; une nouvelle partie des ailes est et nord de l'édifice fut mise au jour et permit de rassembler les vestiges préservés sous une enveloppe commune. Les vestiges furent préservés dans le sous-sol de l'immeuble de bureaux datant de 1970 et ils furent conservés par English Heritage. Malheureusement, à cette époque, la méthode de conservation consistait à recouvrir les parois d'un mortier de ciment qui empêchait l'évaporation de l'humidité. Ce mortier dut être ultérieurement ôté lorsqu'un travail de conservation d'envergure fut mené à bien en vue d'une éventuelle présentation des vestiges au public. Les structures furent dessalées et certains "pilae" et sols en mosaïque furent surélevés et placés au-dessus d'une membrane principale afin d'empêcher l'humidité de se déplacer. Les murs furent rejointoyés et du sable sans sel coloré fut utilisé afin de différencier les zones internes et externes des constructions et de permettre le recueil à la surface du sel engendré par l'évaporation de l'humidité.

Bien qu'un nouvel immeuble de bureaux ait à présent remplacé l'édifice des années 70, permettant ainsi la construction d'une nouvelle entrée pour la main et les bains, les vestiges ne sont pas présentés de manière permanente pour des raisons financières. Ils sont seulement accessibles, moyennant réservation, à des groupes d'experts ou lors de visites mensuelles ; ces visites sont menées par le Musée de Londres (actuellement en suspens car une évaluation des risques est en cours). L'accès se fait uniquement par un escalier, le niveau du sol est inégal et les bains ne peuvent être observés que depuis une allée provisoire - tous ces éléments n'étant bien sûr pas conformes à la réglementation en matière de santé et de sécurité, ni aux dispositions relatives à l'accès des personnes handicapées.

 

Bibliographie 

ROWSOME P., 1996. The Billingsgate Roman House and Bath - conservation and assessment in London Archaeologist, vol. 7, n°16, p.415-423.