Aoste : Église paroissiale Saint-Vincent



Accueil
Liste complète des sites
Recherche par carte
Recherche par pays, période et/ou type
 



Adresse :  1, Place de l’Église , Saint-Vincent, 11027, Italie
Téléphone :  +39 (0)165 27 59 87
Télecopie : 
Site web
Personne(s) de contact


Imprimer cette page
 
 

 

Vue de l'extérieur de l'église de Saint-Vincent
© Sara Pinacoli. RAVA-Archives Photographiques de la Surintendance des activités et des biens culturels.

 
Visualiser les photos

 

Description

Le site de Saint-Vincent se situe à 24 Km de la ville d’Aoste.

De la rue principale piétonne (rue Chanoux), on aperçoit la petite place qui s’ouvre devant l’église paroissiale, qui se trouve dans la partie est du centre historique.

Le complexe a été aménagé à mi-côte d’une pente orientée vers le sud; cet endroit a été fréquenté et occupé pendant une longue période, qui va de la période du Bronze final, attesté par des céramiques, jusqu’à la période médiévale dont l’édifice religieux constitue un témoignage plutôt évident.

Les recherches systématiques conduites à l’intérieur de l’édifice, pendant les années 1969-1972 et 1990, ont permis de découvrir les vestiges d’une installation thermale romaine, liée à la présence d’un habitat rural (villa) ou d’un gîte d’étape romain (mansio) de grandes dimensions.

Le complexe thermal a été édifié à la fin IIe siècle, début du IIIe siècle ap. J.-C.. Il est constitué par des locaux orientés vers le sud, qui donnent sur une cour ouverte.

À la fin du IVe siècle, maintes modifications ont été apportées aux structures de cet établissement, une abside est bâtie sur le côté méridional du complexe. Sur les vestiges romains, on a superposé des sépultures à caisse rectangulaire orientées est-ouest, ne contenant aucun mobilier funéraire.

La muséalisation du site permet de voir et d’admirer les restes du complexe romain, réutilisés et transformés afin de créer un premier édifice de culte, peut être déjà à partir du Ve siècle, abritant les tombeaux de personnages bénéficiant d’avantages particuliers.

On dénote une continuité d’utilisation funéraire du site, documentée par la superposition de tombeaux du Ve au VIIIe siècles ap. J.-C.

L’église du Haut Moyen-Âge a été ravagée par la fondation de l’édifice du XIe-XIIe siècle, la phase carolingienne est attestée seulement par des inhumations, car les structures ont été abîmées par des installations plus récentes.

Décembre 2005

 

Bibliographie 

ATTI del Congresso sul Bimillenario della città di Aosta, Istituto Internazionale di studi liguri, Bordighera, 1982.

BONNET C. et PERINETTI R., 1986, Aoste aux premiers temps chrétiens, Musumeci Editeur, Aoste.

MOLLO MEZZENA R. (par les soins de), 1982. Archéologie en Vallée d'Aoste, Du néolithique à la chute de l'empire romain 3500 av.J-C - Ve siècle apr.J-C., Aoste.

RIVOLIN, J.-G., COSTA, M., 2003. Notes d’histoire de la Vallée d’Aoste, Aoste, Imprimerie ITLA.