Eger : Baptistère Saint-Jean (Rotunda)



Accueil
Liste complète des sites
Recherche par carte
Recherche par pays, période et/ou type
 



Adresse :  Egri Vár, Eger, 3300, Hongrie
Téléphone : 
Télecopie : 
Site web
Personne(s) de contact


Imprimer cette page
 
 

 

Vue des vestiges archéologiques du baptistère de Saint-Jean à Eger
© Fodor László

 

 

Description

Lors de fouilles archéologiques menées à proximité de la façade méridionale des ruines de la cathédrale Saint-Jean, on a découvert l’un des plus anciens vestiges de bâtiment de l'évêché. Sur le côté est de ce palais, on a mis au jour les traces d’un baptistère ayant la forme d'une rotonde.

On a aussi découvert des structures caractérisées par un apparat en pierre taillée, des piliers, des débris de corniche servant de décoration et un chapiteau décoré de palmette et rosette; éléments qui ont dû orner les plus anciens bâtiments de ce centre ecclésiastique.

Plusieurs sépultures du XIe-XIIe siècles ont été découvertes à côté du baptistère. A quelques centaines de mètres de celle-ci (sur la terrasse étroite du jardin turc), on a trouvé - lors des travaux effectués sur le mur de fondation du château dans les années 1970 - les traces des maisons des domestiques de l’évêque.

Au milieu du baptistère se trouve une tombe en pierre, constituée par une dalle et un appuie-tête, où le premier évêque du diocèse, Buldus, a probablement été enterré. Le nom de celui-ci apparaît déjà dans la chronique de Túróczi, car Buldus était la troisième personne morte comme martyr avec l’évêque Gellért sur le mont Kelenföld (actuellement le mont Gellért). Les historiens datent son décès à l’automne 1046 et les chroniques à 1047-48.

Malheureusement, peu de sources fiables sont à disposition, en ce qui concerne les premiers évêques d'Eger.

Le culte en l’honneur de l’évêque Buldus a été inauguré par István Telekesy, évêque d’Eger (1699-1715 ), qui attesta qu’à l’intérieur de la cathédrale du château il y avait, jadis, trois chapelles consacrées à Buldus; son culte se répandant, ses successeurs sont allés jusqu’à vouloir le faire canoniser par le Saint-Siège.

En 2000, les vestiges mis au jour ont été restaurés, couverts et ouverts aux touristes.

Dans l’histoire de la ville, la fondation de l’évêché fut un tournant significatif; en effet, à partir de ce moment, Eger a joué un rôle important dans l’histoire de l'Eglise du pays. La situation juridique de la ville s’est améliorée. Devenu siège épiscopal, la ville d’Eger a vu son importance croître, elle s’est développée du point de vue politique, économique et administratif en peu de temps; c’est la raison pour laquelle Eger est devenue le siège du comitat, une nouvelle ville centrale à la place de la ville de Heves - connaissant une période de déclin et qui avait déjà imposé son nom à la région - où siègeait le représentant du roi et l’archidiacre.

Décembre 2005

 

Bibliographie 

Non disponible