Vienne: Jardin archéologique de Cybèle



Accueil
Liste complète des sites
Recherche par carte
Recherche par pays, période et/ou type
 



Adresse :  Square Albert-Vassy, Vienne, 38200, France
Téléphone :  +33 (0)4 74 78 30 00
Télecopie : 
Site web
Personne(s) de contact


Imprimer cette page
 
 

 

Vue générale du jardin de Cybèle à Vienne
© Mairie de Vienne. 2005

 
Visualiser les photos

 

Description

Les sondages archéologiques faits au cœur du centre-ville, dans le sous-sol de l’hôtel de ville, dans la rue des Orfèvres et dans le jardin archéologique, attestent de l’occupation de Vienne par les Gaulois allobroges, du Ve siècle au Ier siècle avant J.-C.

Le relief était alors beaucoup plus accidenté, le terrain compris entre la vallée de la Gère et celle du ruisseau de Saint-Marcel formant un véritable promontoire. Les traces de la présence allobroge sont à présent recouvertes par des strates archéologiques hautes de 5 à 9 mètres.

Le jardin archéologique et les bâtiments voisins forment un condensé continu de l’histoire viennoise depuis les Allobroges. Les vestiges gallo-romains, dont les deux arcades du forum et le mur nord d’un auditorium, côtoient le Théâtre de Vienne, construit en 1782 en remplacement de la maison médiévale des Canaux, une maison à pans de bois du XVe siècle, surmontée d’une tourelle, et l’immeuble "Le Ponsard ", construit par Albert Pin dans les années 1950.

Les arcades du forum et le mur nord de l’auditorium furent dégagés dans les années 1930, lorsque l’hôpital Saint-Paul fut détruit.

En 1940 fut découverte sur le site une sculpture conservée au Musée archéologique Saint-Pierre, à Vienne, montrant deux jeunes hommes et une femme voilée. Les objets représentés, dont un bonnet phrygien, rattachent cette scène à la déesse orientale Cybèle.

Après cette trouvaille et les fouilles réalisées dans les années 1960, le jardin a pris le nom de la déesse, et l’hypothèse de la présence d’un temple dédié à Cybèle, dans la partie sud du jardin, a été avancée. Mais les archéologues voient à présent dans ces vestiges une zone d’habitat.

Décembre 2005

 

Bibliographie 

Non disponible