Vienne : Théâtre antique



Accueil
Liste complète des sites
Recherche par carte
Recherche par pays, période et/ou type
 



Adresse :  7, rue du cirque, Vienne, 38200, France
Téléphone :  +33 (0)4 74 78 30 00
Télecopie : 
Site web
Personne(s) de contact


Imprimer cette page
 
 

 

Vue générale du Théâtre antique de Vienne
© Mairie de Vienne. 2005

 
Visualiser les photos

 

Description

Inscrit dans une majestueuse composition urbaine de l’Empire romain, le théâtre avec ses embellissements postérieurs est un des monuments les plus impressionnants de la ville, mais aussi un des plus grands du monde romain.

Adossé aux pentes abruptes de la colline de Pipet, le théâtre pouvait accueillir jusqu’à 10 000 spectateurs (7 900 aujourd'hui).

A partir de la fin du IIIe siècle, les invasions marquent son abandon puis son dépouillement par éléments pour d’autres utilisations et des occupations diverses comme refuge, jardin et habitat.

Au XVIIIe siècle, il est identifié comme un amphithéâtre par P. Schneyder; il fallut attendre les fouilles de 1922 à 1938 pour dégager et restaurer le monument enfoui sous plusieurs milliers de m3 de terre.

Grâce à sa restauration, les programmations estivales de spectacles ont rétabli la fonction divertissante du théâtre. Depuis 1981 le festival de jazz est parvenu au premier rang des festivals européens de jazz.

Du théâtre de Vienne sont visibles aujourd'hui les gradins adossés au flanc ouest de la colline de Pipet (la cavea) et à leur pied une aire demi-circulaire (l’orchestra) ainsi qu'une reconstitution du mur (le proscaenium) qui limitait la scène (le pulpitum). En arrière, sont conservées les fondations de la scène et de la fosse du rideau. Le mur (frons scaenae) haut de 32 m environ qui fermait totalement le bâtiment du côté de la ville a disparu.

L'organisation générale du monument est assez bien connue malgré les reconstitutions très importantes qui furent réalisées au fur et à mesure du dégagement de l'édifice à partir de 1922.

Le flanc rocheux de Pipet a été taillé pour recevoir les gradins, les galeries de circulation ou déambulatoires, ainsi que tout un réseau de caniveaux et d'égouts qui drainent encore aujourd'hui le rocher. Seules les deux extrémités des gradins étaient disposées sur des voûtes rayonnantes aujourd'hui effondrées.

Décembre 2005

 

Bibliographie 

Non disponible